index -

Est-ce que les dieux anciens sont encore vénérés?

Par: Ryan McGinty

Traduction: Alexandre Emard

À travers les âges, certains symboles ont été utilisés pour vénérer. ''L'adoration de symboles ou d'objet est appelée idolâtrie. L'idolâtrie peut être divisée en quatre secteurs. Le premier étant le Fétichisme, la forme la plus primaire consiste en l'adoration d'animaux, d'arbre, de montagne de rivière et de pierre. Le deuxième étant le Sabianisme : l'adoration du soleil de la lune et des étoiles. Le troisième est le Shintoisme qui est l'adoration d'ancêtre et de chef décédé. Le quatrième est l'Idéalisme qui est l'adoration de qualité abstraite ou mentale. (1) Ceci est un essai qui examine les similarités entre les anciennes mythologies avec leurs symboles occultes et les compare avec des logos modernes. Les symboles que nous allons examiner sont le disque ailé, l'oeil, Litith et Masonique.

Le premier symbole que nous regarderons est le disque ailé. Ce symbole provient originalement de l'Est Centrale. Les Sumériens ainsi que les Égyptiens ont tous deux utilisé ce symbole pour représenter leurs dieux. Les Sumériens vénéraient des dieux appelés les Annunakis : Progéniture d'An, dieu des cieux et Ki princesse de la terre. (2). Dans la mythologie égyptienne, le disque ailé représentait Horus, fils de Osiris et Isis. (3). Dans l'encyclopédie maçonnique les ailes étendues représentent, ''le pouvoir eclipser des dieux'' (4)

 

Notez que ce symbole à deux partit : une partie principale et deux annexes égales de chaque côté.

Maintenant, regardons quelques logos modernes utilisés aujourd'hui

 

 

Voici des logos qui une fois renversée montre les mêmes caractéristiques que le disque ailé.

Logo d’Eagle Windows and Door, très similaire à un dieu Anunnakis.

LEAD Technologies Inc. V1.01

Ici nous voyons deux dieux Annunakis sur une porte près de l'hôtel Marriot Renaissance situé à Hollywood.


La question est; pourquoi toutes ces compagnie et musiciens utilisent-ils des ailes pour se représenter? Est-ce qu'ils veulent la protection des dieux ou rendent-ils hommage au dieu ancien?

Maintenant, regardons notre prochain symbole qui est l'Oeil et le Soleil. À travers les cultures anciennes, ces symboles ont été reliés. Exemples; Ra, le dieu égyptien du soleil et son oeil, Osiris dieu du soleil levant, son oeil et Horus. Le Fils d'Osiris et son oeil droit représentant le soleil. (5) Les alphabets phonétiques utilisaient la lettre O, un cercle ou un cercle avec un point au milieu pour représenter un oeil. (6) Le dictionnaire Merram-Webster définit un cercle avec un point en son centre comme le symbole astrologique du soleil. Clairement, il y a un lien entre l'oeil et le soleil.

Il est intéressant de noter que l'oeil gauche et l'oeil droit d'Horus symbolisent différent corps céleste soit le soleil et la lune. Loeil droit= le soleil l'oeil gauche = la lune. (7) Les yeux pourraient-ils être une référence dans des logos modernes quant à quelle divinité ils rendent hommage?

.

Voici l'oeil de Ra

Maintenant, regardons quelques logos modernes qui sont utilisés aujourd'hui.

Encore une fois, la question est; pourquoi toutes ces compagnies utilisent-elles des yeux et des soleils pour se représenter?

Litith est une ancienne démone/succube femelle qui, dit-on, étranglait des enfants, séduisait de jeunes hommes puis les tuait. Certaines disent qu'elle est inventée la prostitution et la dégradation de la sexualité. Cliquer ici pour en apprendre plus à propos d'elle à travers les âges. Lilith est décrit comme étant demi-femme, demi-serpent. Les sirènes ont une description et des traits similaires à Lilith. Leur mythologie les décrie comme des séductrices d'homme et des tueuses. Comme les sirènes, Lilith a des ailes et une queue. Un essai en anglais intéressant qui traite de Melusine, une créature similaire à lilth qui est de la même lignée de sang que les rois de l'Europe peut être lui ici.

  Maintenant, regardons le totem de Lilith. Nous voyons qu'elle se tient debout à côté d'un hibou et d'un lion. Les hiboux sont le symbole de la société secrète appelé Bohemian Grove. Ce groupe est reconnu pour faire des sacrifices à un hibou géant appeler Moloch. Pour en apprendre plus à propos du Bohemian Grove, cliquer ici (article anglais). Une autre compagnie qui a utilisé le totem de Lilith à travers leur histoire est Disney. Le premier film de Disney est ''Blanche Neige'' qui est remplie de totem de hibou. Au moment que Blanche Neige trouve le chalet des sept nains, il y a des emblèmes de têtes d'hibou sur la porte. Lorsqu'elle rentre dans le chalet, la majorité du décor est constitué de tête d'hibou, même les escaliers en Ont. D'autres films de Disney qui démontrent des totems de Lilith sont ''le Roi Lion'' L'hibou dans ''Winnie l'Ourson'', ''la Petite Sirène'' et ''la Belle et la Bête''.

Lilith avec ses totems hibou et lions.

Remarquer comment le logo de Starsbuck est très similaire à Lilith. Ils ont tous deux trois doigts, ils ont une coiffure similaire et ils sont dans la même position.

 

Maintenant regardant quelques logos modernes qui sont utilisés aujourd'hui.

   

File written by Adobe Photoshop® 5.0

Remarquer comment les rues de Capital Hill créent une forme de hibou

Le dernier symbole que nous examinerons sera les symboles maçonniques.

Le X ou la croix du logo de Exxon est exactement la même que la croix patriarcale '' c'est l'insigne des officiers du grand campement des chevaliers templiers des États-Unis (Grand Encampment of Knights Templas or the united states). La même croix placée en angle est l'insigne de tous possesseurs du trente-troisième degré de l'ancien rite écossais '' (8)

 

Le logo d'Arcos est très similaire à la croix des templiers. ''Les chevaliers Templier utilisaient la croix des templiers en 1146 lorsque le pape Eugenius III l'a approuvé comme étant la croix pour leur bravoure'' (9)  

Est ce que la corporation Honda a des racines maçonniques? Regardons les traits communs de leur logo. Honda Automobile utilise un H dans un cercle. Les maçons utilisent le symbole H depuis des siècles. Le symbole H est la marque du métier. '' Les travailleurs maçonniques utilisaient ce symbole (image du haut à gauche) pour s'identifier en tant que constructeurs, similaires à un artiste qui signe sa peinture'' (10). Le symbole A d'Acura ressemble à un compas. Dans l'encyclopédie maçonnique, le compas est symbolisé de ''la confrérie et l'insigne de l'ordre. (11) Le logo ailé de Honda pour les motocyclettes et les VTT peut être relié à un symbole maçonnique. Comme il a été dit avec le disque ailé dans l'encyclopédie maçonnique les ailes étendues représentent le pouvoir éclipsé des dieux.

  1. Albert G. Mackey, MD, William J. Hughan, et Edward L. Hawkins, M.A. Encyclopedia of Freemasonry  A-L (New York, The Masonic History Company, 1924) p. 345
  2. Samuel Noah Kramer The Sumerians Their History, Culture and Character (Chicago & London, The University of Chicago Press, 1963) p. 114
  3. E. A. Wallis Budge, Legends of the Egyptian Gods The Legend of Horus of Behutet and the Winged Disk
  4. Albert G. Mackey, MD, William J. Hughan, and Edward L. Hawkins, M.A. Encyclopedia of Freemasonry  M-Z (New York, The Masonic History Company, 1924) p. 853
  5. E. A. Wallis Budge, Legends of the Egyptian Gods  and Egyptian Book of the Dead
  6. Albert G. Mackey, MD, William J. Hughan, and Edward L. Hawkins, M.A. Encyclopedia of Freemasonry  M-Z (New York, The Masonic History Company, 1924) p. 522
  7. E. A. Wallis Budge, Legends of the Egyptian Gods
  8. Albert G. Mackey, MD, William J. Hughan, and Edward L. Hawkins, M.A. Encyclopedia of Freemasonry  A-L (New York, The Masonic History Company, 1924) p. 187
  9. Albert G. Mackey, MD, William J. Hughan, and Edward L. Hawkins, M.A. Encyclopedia of Freemasonry  A-L (New York, The Masonic History Company, 1924) p. 188
  10. Albert G. Mackey, MD, William J. Hughan, and Edward L. Hawkins, M.A. Encyclopedia of Freemasonry  M-Z (New York, The Masonic History Company, 1924) p. 470
  11. Albert G. Mackey, MD, William J. Hughan, and Edward L. Hawkins, M.A. Encyclopedia of Freemasonry  M-Z (New York, The Masonic History Company, 1924) p. 708